jeudi 3 septembre 2009

Apprendre la langue luxembourgeoise avec un Coach











Projet :

Apprendre le luxembourgeois avec un Coach


Travail Social Communautaire - ASTI asbl
43 83 33-1

Service financé par le Ministère de la Famille et de l’Intégration et géré par l’ASTI a.s.b.l.

 Les cours de langues sont financés par le ministère de l'éducation et géré par l'ASTI a.s.b.l.

                                                                                        

1. La langue luxembourgeoise comme critère d’intégration :


n  La loi sur la double nationalité exige des compétences linguistiques en langue luxembourgeoise: compréhension niveau B1 expression niveau A2 du portefolio européen des langues

n  Dans la loi sur l’intégration figure à l’article 2: « L’intégration est une tâche que l’Etat, les communes et la société civile accomplissent en commun. »(art.2)

n  La loi du 16 décembre 2008 concernant l’accueil et l’intégration des étrangers dans le Grand-Duché de Luxembourg, fixe le cadre formel de l’intégration, mais prévoit également un  « contrat d’accueil et d’intégration » (contenant des engagements réciproques)

n  L’Office luxembourgeois de l’Accueil et de l’Intégration - OLAI  « est chargé d’élaborer un contrat type d’accueil et d’intégration, d’assurer sa gestion et d’encourager les étrangers à conclure un tel contrat avec l’Etat ». (art. 11)



« L’intégration n’est donc pas seulement un effort demandé par les citoyens étrangers, mais également par l’Etat, les communes et la société civile luxembourgeoise »



2. Constats :


n  L’ASTI a depuis de nombreuses années un franc succès avec les cours de langues luxembourgeoise et française.

n  Nous sommes les seuls à proposer des cours le dimanche matin. Ce cours est très sollicités par les personnes qui travaillent en semaine.

n  Les personnes inscrites dans nos cours expriment lors des évaluations annuelles que le temps disponible au cours n’est pas suffisant pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris.

n  De nombreuses personnes inscrites dans nos cours n’ont que rarement l’occasion de pratiquer le luxembourgeois en dehors du cours. Souvent les personnes se plaignent du manque de personnes dans leur entourage (famille, cercle d’amis ou de connaissances, lieu de travail) avec qui ils pourraient exercer régulièrement la langue luxembourgeoise.


3. Concept du projet :

L’ASTI a.s.b.l. propose depuis la rentrée scolaire 2009/2010 ce projet pilote.
Il s’inscrit dans le cours intermédiaire en langue luxembourgeoise (Niveau A2). Les apprenants ont la possibilité de rencontrer à côté des cours réguliers un coach. Il permet une pratique soutenue de la langue par des contacts réguliers de personnes d’origines différentes, en toute convivialité.

Le projet se présente comme suite :

A) Nous recrutons des personnes si possible de langue maternelle luxembourgeoise, appelées « Coach ». (voir p. ? pour plus de détails concernant le recrutement)

B) En principe, le contact entre apprenant et coach se fait régulièrement dans le bénévolat (au moins une fois par semaine pour une/deux heures).

C) C’ est une pratique de la langue qui s’ajoute au cours de langue traditionnel. Les rencontres se font en dehors des horaires de cours de langue en fonction des disponibilités de chacun et aux lieux déterminés de commun accord sans trop de contraintes. Les apprenants et les coachs choisissent des thèmes qu’ils souhaitent discuter: des sujets abordés dans le cours, des thèmes de la vie quotidienne ou professionnelle, etc.

D)   Dans le modèle que nous proposons du coaching, le coach et l’apprenant agissent en tant que bénévoles.

4. Les objectifs du projet:

1.    Les apprenants avancent plus vite dans l’apprentissage de la langue luxembourgeoise par une pratique régulière de celle-ci. Certains blocages quant à s’exprimer en langue luxembourgeoise peuvent être surmontés, car l’apprenant apprend à exercer la langue avec une personne de confiance.

2.    Permet aux apprenants du cours de luxembourgeois de pratiquer régulièrement et ainsi accélérer son apprentissage du luxembourgeois,

3.    Contrer la crainte de s’exprimer au quotidien dans notre langue

4.    Luxembourgeois et étrangers se rencontrent et apprennent à mieux se connaître. Ces contacts peuvent faciliter l’ intégration locale.

5.Le coach?

            5.A. Sa mission :

Il accompagne un apprenant au supermarché, bavarder avec lui autour d’une tasse de café, loin des contraintes de la classe, pour une immersion dans le quotidien luxembourgeois, en pratiquant le luxembourgeois.

Cette formule permet d’accélérer l’apprentissage du luxembourgeois, de contrer la crainte de s’exprimer au quotidien dans notre langue et donne lieu à des rencontres entre Luxembourgeois et étrangers résidant au Luxembourg.

Cette approche directe et dynamique soutient la motivation des apprenants. C’est un concept encore assez récent au Luxembourg.
Elle est largement pratiquée chez nos voisins. C’est le cas par exemple des Pays-Bas, où plus de 60 000 personnes suivent des cours de langue avec coach.
Un coach est une personne bénévole maitrisant la langue et en partie la culture luxembourgeoise.


- Les coachs ont comme mission de mettre les apprenants à l’aise quant à la pratique régulière de la langue luxembourgeoise et de surmonter la peur de pratiquer la langue.
- Les coachs aident les apprenants à enrichir leur vocabulaire

MAIS: les coachs n’ont pas besoins d’être spécialiste de la grammaire et/ou de l’ orthographie luxembourgeois. Ils n’ont pas besoin de répondre à ce type de questions.

Nous incitons l’apprenant  et le coach


- à se rencontrer au moins une fois par semaine le coach pour pratiquer la langue
- à profiter de ces rencontres pour décourvrir la culture luxembourgeoise :
           - à travers des récits, des histoire de vie, …
           - lors de visites au musée, culturelles ….
- par des rencontres organisées par le coach avec d’autres luxembourgeois
          -  à écouter des émissions en langue luxembourgeoise à la radio, à la TV,…

5.  La mise en pratique du projet :

5.A. Comment recruter des coachs ?

En vue de recruter des Coach une commune, une association, etc peut utiliser plusieurs canaux de communication :

a         a) approcher des « coachs » dans des lieux publics comme par exemple dans des structures pourr personnes âgées ( club senior, CIPA, AMIPERAS,…), dans des « cafés des âges »,  etc.

b)    Annonces dans le journal de quartier, Gemengebuet,, dans les magasins, les lieux d’affichage,…
       c)   recherche par les médias (radio, journaux, facebook,etc…), des affiches
           d) le contact avec des personnes ressources ( curé, responsable d’association, … )


Conseil :

Nous travaillons majoritairement avec des personnes qui sont à la retraite., ce qui nous amène à une réduction importante. A la différence des autres cours de coaching le bénéfice des nôtres est double. En effet, nous permettons aux non-luxembourgeois d’apprendre la langue aindi que de la prtaiquer. De plus et en recourant à des personnes âgées nous offrons une renconttre intergénérationnel. Ainsi, les personnes âgées peuvent socialiser avec des personnes plus jeunes, avoir des échanges interculturels, être aidées pour certaines tâches quotidiennes (exemple faire les courses,  …). Les personnes issues de l’immigration de leur côté peuvent être initiées à la culture luxembourgeoise tout en ayant l’occasion de pratiquer la langue quotidiennement.

5.B. La mise en relation :

Le service du travail social communautaire se charge de la mise en relation entre coachs et élèves Nous mettons en contact les coachs et les personnes inscrites à notre cours de langue et désirant un coach.



Etappe 1 : Nous invitons les coachs à venir au cours de langue afin de se présenter, d’évoquer ses intérêts, son lieu de résidence et ses disponibilités.


Etappe 2 : Lors de ce même cours, les apprenants se présentent également. Un premier contact est alors établi

Etappe 3 : Nous nous chargeons de fixer quel coach pratique le luxembourgeois avec quel apprenant. Ensuite, c’est entre les apprenants et les coachs de décider oû ils se rencontrent, la fréquence, la durée des rencontres,  les sujets à discuter…


Etappe 4 : Le coach contact son apprenant pour fixer un premier rendez


5.C. Le suivi du projet :

Pour garantir un bon fonctionnement du projet il est important de vérifier les effets de la pratique de la langue par un suivi en continu auprès des coachs et des apprenants. Ce suivi se fait :

-  par téléphone ou par mail auprès des coachs . Les questions abordés sont plutôt sur les difficultés rencontrées lors des rencontres, des éventuelles améliorations, questions…

-  lors de visites régulières au cours de langue auprès des apprenants . Ils peuvent alors exprimer leurs appréciations face aux rencontres avec le coach, les difficultés rencontrés, les points à améliorer, la régularité des rencontres, etc.

En principe les élèves sont libres de choisir leurs sujets mais :

  Le professeur du cours se charge à transmettre aux coachs la matière traitée pendant les cours afin de donner quelques idées de sujets.
   
  Les TC se charge à donner des idées en cas de besoin ou de manque d’idées


5.D. L’évaluation du projet :

Nous conseillons une évaluation trimestrielle ! Elle permet avoir tout d’abord un contôle sur la pratique entre Coach et apprenant ( fréquences de rencontres, sujets traités, problèmes renontrés pendant les rencontres)


6 .D Assurance

Le travail social communautaire tombant sous la loi de l’ASFT , les bénévoles sont couverts par l’assurance accidents.


8.E. Accord coach /apprenant/ Enseignant/ ASTI

Il définit les droits et devoirs de chacun. Il est signé dès accords entre coach ( enseignant )  et apprenant, le responsable de l’organisation et l’enseignant .



9. Quelques précautions à prendre :


  De préférence, les deux ont plus ou moins les mêmes intérêts et le même âge

  De préférence, les deux ont le même rythme

  Le duo a plus de chance à réussir s’il est composé de deux hommes ou de deux femmes

10. Les Types de coaching possibles

10.A. Cours de langue avec coach

L’ASTI propose un cours intermédiaire en langue luxembourgeoise où les bases si indispensables à l’apprentissage d’une langue sont acquises.

Une des conditions d’inscription imposée aux apprenants de ce cours est l’obligation de l’apprenti, de pratiquer la langue de manière régulière avec un coach bénévole, permettant ainsi de mieux l’assimiler. A cette fin des rencontres régulières sont fixées avec le coach (en règle générale une fois par semaine).

Nous combinons la méthode traditionnelle d’apprentissage d’une langue - professeur de langue qui apprend les bases grammaticales et de vocabulaire et l’intervention du coach qui épaule l’apprenant pour avoir une pratique informelle et détendue de la langue.

Le cours de langue : Coût = Frais prestation de service (prof.) – frais d’inscriptions
Les coachs : pas de coût (bénévoles)


L’enseignant veille à ce que les contacts entre coach et apprenant aient lieu et fait un suivi de ces contacts ( vérifie avec les coach comment cela se pase, disucte du coaching en classe avec les apprenants …)

10.B. Proposer des coachs à des personnes ne fréquentant pas un cours de langue

Cette option est possible :

-       si d’un côté nous avons des personne suqi peuvent montrer qu’ils ont suivi déjà des cours de langue depuis de nobreuses années et qui désirent jsute pratqiuer la langue

-     de l’autre côté des coachs prêts à intervenir dans un cadre non formel  sans lien avec un cou de langue

Une plateforme (p.ex administration communale,… ) pourrait mettre les personnes en contact et s’occuper du recrutement des coach et des apprenants


10.C. Coach en structure de personnes âgées

Actuellement aucun projet dans ce sens ne fonctionne de manière stucturée.
Certaines personnes pensionnaires d’un CIPA qui sont coach mais à titre individuel. L’idée serait de profiter des stuctures conviviales ouvertes de ces centres ( buvette, café,..) pour offrir des «  permanences de coach «  où des personnes extérieures intéressées pourraient s’y rendre pour pratqiuer la langue